Mes courses Zéro Déchets en 5 étapes

La Semaine Européenne de la Réduction des Déchets (SERD) se termine… l’occasion de faire un point sur la première étape vers le Zéro Déchet: faire ses courses autrement. Peut-être vous dites-vous « trop compliqué » ou encore « prise de tête »? Encore une fois, l’important ce sont les petits pas: une fois la démarche entamée, quand les gestes sont logiques et deviennent une habitude, c’est très simple, on n’y pense plus et c’est très économique 😊

Car la démarche « Zéro Déchet » commence dès l’achat! Si les achats d’occasion ou de seconde main une excellente solution pour les vêtements, les meubles et divers équipements, ce n’est pas possible pour les courses alimentaires et du quotidien. Dans ce cas, plusieurs astuces peuvent être combinées pour limiter ses déchets, en particulier les emballages…

1. Je refuse le sur-emballage

Le sur-emballage, c’est la multiplication des emballages en couches successives:

  • le regroupement de plusieurs articles sous un plastique souple pour former un « lot »; regardez bien, ce n’est pas forcément moins cher qu’à l’unité…
  • l’emballage en « portions individuelles » dans un plus grand emballage
  • le conditionnement dans une barquette à l’intérieur d’un paquet – souvent pour « gonfler » la taille du paquet
  • l’emballage d’un paquet en carton par un film plastique fin…
  • Parfois, tout ça à la fois!

C’est une hérésie d’autant que les emballages plastiques souples ne sont pas recyclables et finissent en incinération…

Le must de l’emballage absurde est l’échantillon, car la proportion d’emballage par rapport au produit est scandaleuse et les emballages sont souvent non recyclables. Je refuse donc systématiquement les échantillons « offerts »!

Refuser les échantillons: c’est Zéro Déchet et plus sain pour nous aussi 😊

Autant le sur-emballage extérieur est évident, autant le sur-emballage extérieur est insidieux… la semaine dernière, on m’offre un paquet (en carton) d’amandes grillées enrobées de chocolat, bio – un mignon péché… Jusque là tout allait bien mais en ouvrant le paquet, stupéfaction: chaque amande était emballée dans un petit sachet plastique 😱

Mon astuce: bien lire les étiquettes pour débusquer les « emballages individuels » et comparer les prix au kilo!

2. Je fabrique le plus possible moi-même

Préparer les repas – midi et soir quand on travaille à la maison, fabriquer ses cosmétiques, coudre, réparer demande un peu d’organisation mais pas forcément plus de temps mais sûrement beaucoup plus de plaisir et moins d’argent que d’arpenter les rangées interminables des supermarchés…

Combiner le « fait maison » avec les autres astuces permet de réduire de façon drastique ses déchets. Et pour cela, nombreuses solutions simples, économiques et ludiques existent! Rien que sur ce blog, je vous partage mes recettes de cosmétiques maison, personnellement testées à partir bases simples.

Je m’efforce également de trouver des astuces culinaires aussi délicieuses et saines que rapides et économiques pour simplifier mon quotidien. Par exemple, avez-vous testé mon bouillon concentré maison? Pour remplacer les petites tablettes emballées individuellement et se régaler toute l’année, il n’y a pas mieux!

Bouillon concentré maison: facile, délicieux et pratique !

3. J’achète en vrac

De nombreuses épiceries bio (Les Halles Bio à Pertuis, 84) – et même des supermarchés – proposent divers produits secs en vrac: riz et céréales, biscuits, fruits secs…

On trouve de plus en plus des boutiques spécialisées dans le vrac (Vivre en Vrac à Lambesc, 13), qui proposent également des cosmétiques, produits d’entretien, jus et autres produits liquides en vrac.

J’ai même rencontré aujourd’hui, aux « Rencontres Internationales du Zéro Déchet » de Miramas (13), territoire ZD, une commerçante ambulante du vrac, qui sillonne Aix-en-Provence et sa région avec passion dans son camion à vrac « Au poids chiche » 💚

 

Et, cerise sur le gâteau, les commerçants engagés dans cette démarche sont souvent passionnés et passionnants, ce qui permet des échanges très sympathiques, au-delà du simple acte d’achat.

Sinon, les marchés sont évidemment un lieu privilégié du vrac: fruits et légumes, épices, fromages, viande, poisson… tous les produits alimentaires y sont proposés en vrac depuis la nuit des temps 😉

Pour faire ses achats en vrac, plusieurs solutions:

  • Les « sacs à vrac » en tissu léger pèsent quelques grammes, sont lavables et robustes. Ils sont parfaits pour les produits secs tels que les céréales, les fruits secs, les gâteaux, les produits boulangers, les fruits et les légumes par exemple. On peut aussi utiliser des sacs en tissu « fait maison » et les faire peser à vide (tare).
  • Les sacs en papier, souvent fournis sur place, peuvent être pliés et réutilisés, tout comme les boîtes à œufs… pensez-y!
  • Les bocaux et récipients en verre, dont le commerçant aura fait la tare à vide, sont tout indiqués pour les farines, les épices, les liquides (jus, liquides ménagers…), les produits laitiers, la viande et le poisson.
  • Les tissus cirés à la cire d’abeille, comme j’en parlais dans mon précédent article, peuvent servir pour la charcuterie et les fromages. Pensez à les faire peser à vide…

D’un autre côté, les fruits et légumes n’ont pas forcément besoin d’emballage: au marché, la pesée se fait souvent dans des paniers que l’on verse directement en vrac dans le panier. Au besoin, on emballe la salade, souvent mouillée et pleine de terre, dans un torchon

4. Je choisis des produits concentrés, multi-usages et en grands conditionnement

Pour les produits ménagers, j’ai commencé par réduire de façon drastique mon panel de produits comme je l’expliquais ici.

Ainsi, je choisis des produits concentrés et multi usage, que je trouve maintenant en grand conditionnement:

  • huile d’olive en bidon métallique de 5l (hermétique, opaque)
  • bidon de vinaigre blanc de 5l
  • bicarbonate de soude en paquet de 1kg (ou en vrac)
  • lessive écologique en paillettes que je dilue pour fabriquer ma lessive liquide
  • bouteille de 1l de savon noir
  • pavé de savon de Marseille
  • savon à froid artisanal corps et cheveux de chez Abracadabulles – une autre passionnée du Luberon 😍

5. Quand je ne peux pas éviter les emballages…

Quand vraiment on ne peut pas éviter l’achat d’un produit emballé, on choisit un produit dans un emballage recyclable: verre (bocal, bouteille), carton, papier, métal et éventuellement plastique recyclable, en étant attentif aux matières « mixtes » et aux nouvelles matières qui n’ont pas forcément de filière de recyclage.

Il m’arrive également de déballer entièrement le produit à la caisse et de laisser les emballages sur place quand ceux-ci sont exagérés et que je ne peux pas faire autrement 😋

Dans tous les cas, on évite absolument le polystyrène, le sur-emballage et si possible, les plastiques.

Et vous, quelles sont vos astuces d’achats Zéro Déchet?