Top 5 des huiles végétales en cosmétique naturelle

La plupart des huiles végétales alimentaires peuvent être utilisées pour fabriquer ses cosmétiques maison. C’est la solution la plus économique, d’autant que la plupart des huiles rancissent vite. Cependant, certaines huiles végétales ont des propriétés dont il serait dommage de se priver.

Alors, comment choisir ses huiles de beauté sans tomber dans le piège du marketing des huiles « rares » et surtout très chères? L’astuce pour ne pas se ruiner est de miser sur la polyvalence en choisissant des huiles aux propriétés multiples.

5. L’huile d’avocat (*)

Assouplissante, régénérante et réparatrice, c’est une huile très riche en Oméga 6 et en vitamines. Hypoallergénique, très nourrissante et protectrice de toutes les agressions (vent, soleil…), elle est parfaite pour les peaux desséchées, les coups de soleil et les peaux abîmées en général. Réparatrice des peaux sensibles et fines, elle est toute indiquée pour les soins du contour des yeux.

L’huile d’avocat est toute indiquée pour:

  • les soins du contour des yeux pour atténuer les cernes et les poches
  • les baumes nourrissants et réparateurs pour les lèvres gercées, les mains abîmées, le cou
  • les masques régénérants et réparateurs (ou l’avocat frais écrasé)
  • les sérums capillaires, seule ou en mélange avec de l’huile de jojoba par exemple
  • la protection solaire, en mélange avec de l’huile d’olive par exemple
  • les huiles réparatrices: vergetures, coups de soleil, peaux abîmées en général
  • les soins des cheveux et du cuir chevelu (cheveux secs, chute…)

4. L’huile de noisette – pour les peaux jeunes ou sensibles (*)

Huile « sèche », nourrissante, régulatrice, d’une odeur très gourmande, c’est une très bonne base pour les huiles de massage. Très riche en acides gras insaturés (95%) est également séborégulatrice et astringente donc toute indiquée pour les peaux grasses, mais aussi calmante et cicatrisante, ce qui en fait aussi une alliée des peaux jeunes et des peaux sensibles.

Si vous êtes locavore ou sensible aux conditions de production, c’est une huile à privilégier, en bio bien sûr et non modifiée, car vous pouvez sûrement trouver une production relativement locale.

L’huile de noisette, à choisir au rayon épicerie de votre magasin bio, est parfaite pour:

4. L’huile de chanvre – pour les peaux matures (*)

En 4e position, comme l’huile de noisette,  l’huile de chanvre est une très bonne huile de massage et la meilleure en rapport qualité-prix pour compléter les soins pour les peaux matures. Elle est riche en acides gras essentiels Oméga 3 et Oméga 6, aussi bonne pour la peau que pour l’alimentation. Comme huile cosmétique, on met en avant ses propriétés anti-âge et son effet anti-déshydratant. C’est aussi une huile qui peut être produite localement sous nos climats bien que les graines produites sous climat chaud et humide auraient de meilleures propriétés.

On utilise l’huile de chanvre (rayon épicerie de votre magasin bio) pour:

  • les soins des peaux matures, en association avec l’huile de jojoba
  • les laits hydratants régénérants
  • les sérums huileux anti-âge
  • les huiles de massage régénérantes
  • l’alimentation

3. L’huile de coco (*)

Petite mise au point… on distingue l’huile de coco, obtenue à partir de la pulpe fraiche et du lait de coco, de l’huile de coprah, obtenue à partir de la pulpe séchée de la noix de coco…

L’huile de coco (vierge, entière) est utilisée pour ses nombreuses propriétés autant sur la peau qu’en l’alimentation: on la trouve au rayon épicerie des magasins bio. En cosmétique, on l’utilise surtout pour protéger et réparer la peau et les cheveux car elle est très nourrissante, apaisante, adoucissante et possède un léger filtre UV. Elle est également antibactérienne, antivirale et antifongique, ce qui en fait une huile de soin par excellence pour tous les problèmes de peau et comme base de soins plus élaborés. En Inde, elle est utilisée pour réguler la flore buccale (bains de bouche).

L’huile de coco a pourtant une propriété qui peut la rendre difficile d’utilisation, notamment dans les crèmes: elle est solide en-dessous de 20-22°C et liquide au-dessus. Il vaut donc mieux l’utiliser sous forme de baume, stabilisé par de la cire ou par mélange avec du beurre de karité par exemple, ou bien la faire fondre sous l’eau chaude avant utilisation. Mais dans ce cas, éviter les flacons à pompe…

L’huile de coco est mon huile préférée pour:

  • l’hydratation après-soleil, corps et cheveux, pure
  • la réparation expresse des peaux abîmées, pure
  • les soins pour les piqûres d’insecte et petites brûlures, avec 1 ou 2 gouttes d’huile essentielle de lavande aspic
  • le dentifrice maison ou d’urgence (pure)
  • les déodorants crème ou solide
  • les gommages maison, sous forme de galets par exemple
  • les soins capillaires (la meilleure pour cet usage): cheveux secs, cassants, ternes (redonne de la brillance), frisottis, avant et après les bains de mer…
  • la fabrication de savons doux
  • m’évader, au sens figuré (son parfum m’emmène très loin) comme au sens propre, comme base de tous les « kits de voyage » 😍

Le monoï quant à lui est un macérat de fleurs de tiaré dans l’huile de coprah. Ce n’est peut-être pas la forme la plus efficace mais c’est LE produit de beauté de mon homme ! Il l’utilise depuis plus de 20 ans en après-rasage, après-soleil, démêlant et coiffant, huile de bain, hydratation de la barbe et de la peau. J’en suis dingue !!!!

2. L’huile d’olive (*)

Adaptée à toutes les peaux et pénétrante, elle est une bonne base pour tous les cosmétiques, du visage aux pieds en passant par les cheveux et les mains car elle est à la fois nourrissante, adoucissante et régulatrice. Elle est également une très bonne base pour les peaux sèches et irritées en raison de ses propriétés calmantes, émollientes et cicatrisantes.

Il faut bien entendu la choisir bio, première pression à froid et la moins transformée possible pour bénéficier de toutes ses qualités. Mais même ainsi, elle est plus intéressante financièrement que les huiles végétales cosmétiques.

L’huile d’olive est donc à privilégier pour:

  • se démaquiller, pure dans une routine complète  ou un démaquillant biphasé
  • une crème pour le visage pour les peaux acnéiques ou grasses, sèches, irritées et sensibles, pure en mélange avec de l’huile de jojoba par exemple
  • un baume nourrissant et réparateur après-rasage ou pour les zones très sèches telles que les pieds, les mains ou les lèvres
  • un bain réparateur pour les ongles qui se dédoublent ou qui cassent, ou encore un soin complet pour les pieds
  • un « bain » pour les cheveux secs et cassants, à appliquer au moins 1h avant un shampoing doux
  • un soin après-soleil, telle quelle ou comme ingrédient d’un lait apaisant et réparateur
  • la cuisine en général

Et si on l’utilise pour cuisiner – très recommandée pour la santé autant que pour le goût – on est assuré.e d’en avoir toujours à portée de main et de ne pas la laisser rancir.

On la trouve tellement facilement dans le monde entier que c’est l’une des huiles à privilégier en voyage si l’on est en panne de cosmétiques – voir mes « kits de voyage » 😉

Pour ma part, je l’utilise depuis de nombreuses années pour nettoyer et démaquiller de ma peau mixte, et elle a accompagné ma grossesse et l’allaitement avec efficacité puisque je n’ai eu ni vergetures ni crevasses, ce qui n’était pas gagné étant donné la sensibilité de ma peau…

1. L’huile de Jojoba (*)

L’huile de jojoba est en réalité une cire liquide qui fige entre 10° et 15°C, très riche en acides gras insaturés (95%), dont le parfum est très doux. Étant une cire, elle ne rancit pas et n’est sensible ni à la chaleur ni aux UV, ce qui est très appréciable pour la conservation. Sa composition proche de celle du sébum lui confère des propriétés uniques: pénétration exceptionnelle, protection (y compris solaire – filtre UV5), régulation du sébum, souplesse et équilibre de la peau, hydratation, régénération cellulaire, stimulation de la synthèse du collagène et de l’élastine… Ses propriétés hors du commun en font l’huile privilégiée des cosmétiques maison, des peaux acnéiques (équilibrante et régénératrice profonde) aux peaux matures (antiride) en passant par les peaux sensibles.

Non comédogène, c’est également une huile excellente pour tous les problèmes de peau (acné, eczéma, inflammations…) et pour les cheveux (équilibre du cuir chevelu, cheveux abîmes, secs ou gras, chutes de cheveux).

L’huile de jojoba est ma préférée, loin devant toutes les autres, pour:

  • les crèmes pour le visage (dans tous mes « kits »), pour équilibrer et protéger la peau toute la journée, y compris du soleil, pure ou en mélange à une autre huile adaptée à notre peau
  • les sérums réparateurs et anti-âge, pure ou en mélange avec une huile plus précieuse
  • les soins spécifiques pour les problèmes de peau, pure ou en mélange avec une huile traitante (huile de nigelle, huile de rose musquée (*)…)
  • le soin du cuir chevelu et des cheveux, seule ou en mélange, à appliquer en « bain » au moins 1h avant un shampoing doux, en « caresse » sur toute la chevelure ou sur les pointes après le shampoing pour la nourrir et la protéger pendant la journée
  • un soin après-soleil, telle quelle ou comme ingrédient d’un lait apaisant et réparateur

Vous l’aurez compris, si vous n’aviez qu’une seule huile cosmétique à acheter, ce serait celle-ci, même si elle est un peu chère, car elle n’a pas d’équivalent.

Mention spéciale

Pour compléter cette sélection, j’ajouterais le beurre de karité, qui n’est pas une huile à proprement parler mais qui fond au-dessus de 32°C et se mélange très bien aux huiles. Comme il est extrêmement nourrissant et contient des cires, il est très intéressant pur ou pour confectionner des baumes réparateurs tels que les baumes à lèvres. Par contre, il rancit facilement et est difficile à utiliser en crèmes et laits.

À choisir le moins modifié possible, en bio et commerce équitable

Quelques huiles complémentaires (*):

Pour compléter la liste ou remplacer certaines huiles (sauf l’huile de jojoba, incontournable) sans aller chercher des huiles obscures ou hors de prix, vous pouvez choisir parmi les huiles suivantes:

  • Bébés, enfants: Amande douce, Tournesol
  • Cheveux: Argan (pellicules, chute, éclat), Nigelle (pellicules, chute), Sésame (tonifiante, protectrice)
  • Massages: Sésame, Tournesol
  • Ongles: Argan, Onagre, Sésame
  • Peaux matures: Argan, Bourrache, Nigelle, Rose musquée, Sésame
  • Peaux très sèches: Argan, Bourrache, Tournesol
  • Peaux ternes et fatiguées: Abricot (noyau), Amande douce
  • Toutes peaux: Abricot (noyau), Amande douce, Sésame (huile de beauté millénaire), Tournesol
  • Autres problèmes de peau: Amande douce (dartres, dermatoses, eczéma, inflammations et brûlures légères), Argan (cicatrices, vergetures), Nigelle (dermatoses, acné, eczéma, psoriasis, gerçures…), Sésame (protection solaire UV et IR, eczéma, psoriasis, gerçures)

Remarques et précautions d’usage (*)

Les huiles alimentaires sont à privilégier car ce sont les plus polyvalentes et elles sont économiques. Il faut cependant veiller à les choisir bio, vierges, première pression à froid et les moins transformées possible (ni décolorées, ni désodorisées) pour bénéficier d’un maximum de bienfaits.

Prendre en compte également les caractéristiques suivantes pour faire votre choix:

  • Amande douce: peut provoquer une irritation en cas d’usage prolongé
  • Argan: 2e huile la plus chère de toutes les huiles présentées
  • Avocat: déconseillée pour les peaux mixtes ou grasses
  • Bourrache: sensible à l’oxydation, assez chère
  • Nigelle: sensible à l’oxydation; possible réactions cutanées (tester)
  • Rose musquée: déconseillée en cas d’acné, très sensible à l’oxydation, la plus chère de toutes les huiles présentées
  • Sésame: la choisir non torréfiée; possible réactions cutanées (tester)

Et vous, quelles sont vos huiles végétales préférées en cosmétique maison?

(*) Sources:

  • Les huiles de fleurs solarisées (À faire soi-même) – Dr Claudine LUU, Ed. Danlges
  • Créez vos cosmétiques Bio – Sylvie HAMPIKIAN, Ed. Terre vivante
  • Guide pratique des huiles essentielles (En complément: hydrolats et huiles végétales) – Ed. IMDERPLAM, L’École des Plantes Médicinales & des Médecines Douces

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

EnregistrerEnregistrer