Ranger pour déstresser

Je n’ai jamais été très ordonnée mais j’ai toujours fait des efforts pour y remédier, sans forcément y parvenir. Or, un environnement encombré oppresse l’esprit et augmente le stress. Inversement, ranger entraîne une sensation de bien-être. Mais se lancer à corps perdu dans un grand rangement d’automne – ou de printemps – peut être décourageant devant l’ampleur de la tâche. Voici comment j’ai appris à optimiser ma technique de rangement pour gagner en sérénité

Comme le montre cet article, « le désordre est le résultat des décisions qu’on tarde à prendre« . De fait, lorsque l’on est débordé(e) par les tâches trop nombreuses, que l’on sature de stress et d’anxiété, on est souvent pris(e) d’une pulsion de rangement. Mais avez-vous remarqué comme on se sent détendu(e) après ? Les idées claires on arrive enfin à réorganiser ses priorités et à avancer.

Voici comment je procède lorsqu’une « crise » de rangement survient : je choisis 1 seule pièce ou même 1 seul placard selon le temps que je décide d’y consacrer et j’applique systématiquement la méthode suivante :

1. VIDER

…et NETTOYER l’espace ainsi libéré – déjà on se sent mieux !

2. TRIER

Lorsque tout est là, en vrac, on dispose autour de soi :

  • 1 bac ou un espace « ICI »
  • 1 bac ou un espace « AILLEURS »
  • 1 bac ou un espace « DONNER »
  • 1 poubelle à RECYCLAGE
  • 1 poubelle pour ce qui ne peut pas être recyclé

Et à chaque objet on se pose les questions suivantes, sans trop réfléchir pour que ce soit rapide et efficace :

missvanf-blog-infographie-ranger

(1) utilisable ?

Par définition, ce qui est périmé ou trop abîmé pour être utile doit recevoir la réponse « non » dès cette étape. Mais on peut aussi dire « non » à  tout ce qui qui n’a plus sa place dans notre vie tels que les produits qui ne nous conviennent pas (achats erronés, cadeaux inadaptés…) ou les médicaments inutilisés (retour en pharmacie) par exemple.

(2) utilisé ?

Je sais, c’est difficile… « ça peut toujours servir »… NON ! Si on ne l’a pas utilisé depuis plus d’1 an, quelqu’un d’autre en a peut-être plus besoin !

(3) sentimental ?

C’est LA question piège… car on peut être tenté(e) d’y répondre « oui » rien que pour éviter de s’en débarrasser 😋

(4) lieu ?

Non, la lessive n’a rien à faire dans la cuisine si le lave-linge n’y est pas, pas plus que la pharmacie n’a sa place sur la table de nuit 😉 Et que pensez-vous des couverts rangés avec les assiettes et les verres, dans un bel organiseur en bois plutôt que dans le seul tiroir de la cuisine – dans un organiseur en plastique ? Et ainsi on met la table sans déranger le cuisinier ou la cuisinière !

EN bref, pour s’y retrouver, regrouper ce qui va ensemble et le ranger là où on l’utilise, pas « là où il y a de la place » ! Donc, on ne garde « ici » que ce que l’on utilise ici, le reste ira « ailleurs« … et on le déplace/ range dans la pièce adéquate.

3. DONNER, RECYCLER…

Se défaire de ce que l’on utilise pas, comme quand on déménage, donner, faire le vide… tout cela fait autant de bien à notre espace de vie qu’à notre tête.

Mais on peut aussi en profiter pour détourner, recycler ce dont on ne veut pas se séparer : transformer son T-Shirt préféré mais taché en sac de courses, récupérer ce joli verre qui a perdu tous ses copains en élégant pot à crayons de maquillage…

Et vivent les échanges et l’entraide !

4. RANGER

Une fois que l’on sait ce que l’on va garder « ici », ranger pour ne pas perdre de temps à chercher parce que l’on a « trop bien rangé » est l’étape la plus délicate. Depuis des années j’ai essayé différentes méthodes, avec des degrés de classement toujours plus complexes. Résultat : on passe souvent beaucoup de temps à essayer de ranger correctement et encore plus à retrouver ce que l’on a si bien ranger.

Du coup, j’applique depuis plusieurs mois  un rangement minimaliste proche du « bazar organisé » ou encore de la méthode GARI (Glande Appliquée & Rangement Interdit) de Lionel DRICOT, et j’avoue que cela me convient parfaitement  :

  1. Ne garder à portée de main que ce que l’on utilise tous les jours. Tout le reste disparait de la vue (ça c’est zen !).
  2. Éviter de fractionner, regrouper tous les objets d’un même usage au même endroit et réciproquement ne pas ranger ensemble des objets d’usages différents : les torchons dans la cuisine (pas avec les draps), une seule boîte pour les médicaments, une étagère pour toutes les serviettes de bain….
  3. Simplifier le rangement pour ranger rapidement – quitte à ce que ce soit en vrac.  Comme ça, plus d’excuse pour ranger ! Et pour retrouver, on fouille un peu au lieu de passer 10 minutes à se demander « dans quelle boîte ai-je mis…? ».

Avec ces méthodes, armoire après armoire, pièce après pièce, l’espace devient plus zen et plus fonctionnel

Pour preuve, la méthode pas à pas et le résultat sur mon armoire de salle de bains, avec un gain de place incroyable, un espace utilisé pour enfin ranger mes bases de cosmétiques maison et mettre en valeur mes jolis flacons Miss Van F. :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et on peut appliquer la même méthode – ou presque – à sa boîte mail et à sa paperasse 😉

Et vous, quelles sont vos méthodes de rangement ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

EnregistrerEnregistrer

Les commentaires sont fermés.